Dictionnaire des malaises et des maladies / Grand Dictionnaire de la Métamédecine

Mettre un mots sur un maux, cela fait du bien.
Quand vous avez fait tous les examens médicaux, consulté un psychologue, que vous êtes désespéré…
Quand ce maux est psychologique, vous avez besoin d’en savoir plus pour l’accepter, travailler sur vous.
Un dictionnaire des maux qui parle des mots et qui libère beaucoup l’esprit comme le corps 🙂

Personnellement, ça m’apaise tellement depuis que j’ai appris être atteinte de la fibromyalgie.
Non je ne suis pas folle, j’ai juste un événement du passé qui ressort à travers mon corps.
Cela peut être aussi un élément que je n’ai pas digérer.

Petit clin d’œil à @kinesiologueales qui permet grâce à ses séances de le travailler. C’est elle qui m’a fait découvrir le dictionnaire de Jacques Martel 👍

I – Le grand dictionnaire des malaises et des maladies de Jacques Martel – Editions Quintessence.

Le Grand dictionnaire de Jacques Martel des malaises et des maladies est sorti en 2007 (revue et augmentée).
Il traite de plus de 800 malaises, maladies et parties du corps. Des mots guérisseurs, le langage des oiseaux ont été ajouté. Il permet une meilleure acceptation et intégration pour la guérison.
Un outil d’ouverture de conscience et de recherche pour soi-même, pour sa famille ou pour ceux qui nous entourent , ainsi qu’un complément à toute approche, qu’elle soit médicale ou en lien avec les médecines douces.
Santé, bien-être et joie de vivre !

II – Le Grand dictionnaire de la Métamédecine de Claudia Rainville – Guy Trédaniel éditeur

Un nouveau dictionnaire est sorti le 11 janvier, celui de Claudia Rainville.
Il permet de comprendre le langage de nos symptômes pour guérir plus rapidement.
Explorer notre inconscient qui recèle l’explication aux perturbations intérieurs manifestées par nos malaises et nos maladies.
De découvrir l’origine de nos maux, la bonne question à se poser vis à vis de nos symptômes ou de la maladie qui nous affecte.

Trés belle explication de la Métamedecine, que souigne Claudia R. comme la médecine féminine, car « elle ne pose aucune action concrète , contrairement à la médecine masculine.Tout son art repose sur l’écoute de la personne qui consulte. Ecoute des sentiments et des émotions qui ont donné naissance à des affections ou à des mal être. »

Cela peut aussi permettre au médecin, infirmier, thérapeute de mieux comprendre la souffrance des patients et à mieux els guider dans leurs démarches.

III – Comparaison des deux dictionnaires –

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s